Le chemin le moins fréquenté. Scott PECK

Posted by on décembre 19, 2013 in extraits de livres | Commentaires fermés sur Le chemin le moins fréquenté. Scott PECK

Scott PECK

Premier Éditeur : Robert Laffont 1978Le chemin le moins

– Il nous faut toujours dire et répéter aux couples qu’un bon mariage ne peut exister qu’entre deux personnes fortes et indépendantes.

….Ma femme et moi comparons le mariage avec un camp de base pour alpinistes. Si on veut escalader des montagnes on doit avoir un bon camp de base, un endroit avec un abri, des provisions, où l’on peut se reposer et prendre des forces avant de s’aventurer vers de nouveaux sommets.

… Le mari, dès qu’il est marié, dépense toute son énergie à escalader les montagnes et aucune à s’occuper de son foyer, s’attendant qu’il soit toujours là, en parfait état.

… La femme, une fois mariée, considère que le but de la vie a été atteint. Son camp de base est, pour elle, le sommet. Elle ne peut comprendre ni encourager le besoin qu’a son mari d’accomplir ou de faire de nouvelles expériences allant au-delà du mariage…

– Le mariage est vraiment une institution de coopération, demandant attention et contribution mutuelles et réciproques, du temps et de l’énergie – mais existant dans le seul but d’encourager chacun des participants dans son voyage individuel vers les sommets de son évolution spirituelle. L’homme et la femme doivent tous deux s’occuper du foyer, et tous deux doivent s’aventurer hors du foyer.

– C’est la capacité des partenaires à être indépendant qui enrichit une union. Les grandes unions ne peuvent être construites entre des êtres terrifiés par la solitude et qui cherchent à se fondre dans le mariage. Le véritable amour, lui, non seulement respecte l’individualité de l’autre, mais cherche à la cultiver, même au risque de la séparation ou de la perte. Le but de la vie reste l’évolution spirituelle de chacun, le voyage solitaire vers des sommets qui ne peuvent être atteints que seul. On ne peut l’entreprendre sans le soutien d’un mariage réussi ou d’une société épanouissante, qui devraient exister justement pour cela. Comme dans tout acte de véritable amour, le « sacrifice » pour l’évolution spirituel de l’un conduit toujours l’autre à une évolution personnelle. C’est en rentrant de ses voyages solitaires que l’individu peut élever son mariage ou la société vers d’autres sommets. En ce sens, l’évolution personnelle et l’évolution de la société sont interdépendantes, mais elles sont toujours inévitablement liées aux efforts évolutifs individuels.