Mandukâsana : La grenouille

Posted by on décembre 28, 2013 in quelques pratiques | Commentaires fermés sur Mandukâsana : La grenouille

Version classique de la grenouille

Posture qui pousse l’énergie vers le haut.

Posture qui scelle l’énergie du bas, qui empêche apana de descendre. C’est une posture qui allège.

Posture qui ouvre le bassin. Technique de jeunesse, car elle développe l’énergie vitale sexuelle, et libère les tensions qu’il y a dans cette zone du bassin : Elle rend plus souple et plus dynamique ; on retourne à la souplesse de l’enfant avant les blocages.

Cette posture peut être libérateur chez certains. Le souffle se libère, s’élève à partir du pubis.

Mandukâsana enlève les blocages et les tabous ; libère des contraintes extérieures. Elle rend plus souple et plus dynamique ; on retourne à la souplesse de l’enfant avant les blocages.

Elle stimule l’énergie sexuelle, qui est une énergie pure. Mécaniquement, c’est une énergie qui déconditionne de l’ego ; c’est ça qui libère.

Quand le bassin est bloqué, on vivote. Posture qui va bien avec le printemps. Bonne posture pour les femmes enceintes.

Prise de posture :

Au départ, posture de bhadrâsana, pieds derrière, si possible organes génitaux au sol, idéalement on devrait être en appuie sur la couture (shivani) ; si ça ne touche pas, on peut mettre un petit bout de coussin. C’est à cet endroit que naît le souffle. Mains sur les genoux et comme s’est une posture d’élévation, paumes vers le haut (cinmudra) .

 Racine serrée, ketchari mudra (Langue retournée), Les paupières sont fermées, regard Maddya drishti (Yeux convergents sur le point intersourcillier) ou Shambavi (regard en haut convergent sur la fontanelle). Possibilité en nasagradrishti (yeux convergent sur le bout du nez)

Souffle : Classique Visamavritti (1/4/2 – 1 temps d’inspire, 4 temps de rétention, 2 temps d’expire). Faire 3 souffles dans cette posture.

La posture doit être ferme. Poitrine sortie.

Mandukasana2

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la dernière expire on ouvre les yeux, et on avance en laissant les genoux s’écarter.

Mandukasana3

 

 

 

 

 

 

 

Positionner les mains un peu en avant des épaules, et on retourne les mains. La tête doit sortir des épaules.

Mandukasana4

 

 

 

 

 

 

Sur une inspire, on lève la tête et on porte le regard au plafond; faire 3 souffles dans cette position.

Mandukasana

 

 

 

 

 

 

 

Sur la dernière expire on revient à la position initiale (bhadrâsana, pieds derrière) et on refait 2 à 3 souffles.

Plus le bassin sera amené vers le sol, mieux ce sera.

Pour la rétention en position assise, faire seulement un crochet. (Pas de jalandarabanda – contraction de la gorge)

En grenouille, serrer l’anus. Si difficile, faire ashvini mudra (contraction et relâchement des sphincters)

En position grenouille, ne faire que trois souffles, mais il faut arriver à faire 8/32/16

La difficulté de cette posture est de laisser le bassin relâché, et de garder les pieds qui se touchent, il faut travailler le souffle en Visamavritti, ou bien se replier en un souffle plus facile soit le modèle arithmétique 1/2/2 : (1 temps d’inspire, pour 2 temps de tenue à plein, et 2 temps d’expire).

Il faut dans tous les cas exercer Mulà Bandha (contraction de la racine) afin de relier la base et la fontanelle, sentir l’énergie qui circule le long de la colonne, et que cela transparaisse dans le regard…

Bonne énergie !